Systèmes logiciels complexes : AtlanModels au lancement du projet MegaM@Rt2 en Suède

Le projet MegaM@Rt2, financé par l’ECSEL Joint Unit (Electronic Components and Systems for European Leadership) dans le cadre du programme européen H2020, a été officiellement lancé du 4 au 6 avril dernier à Västerås en Suède.


MegaMaRt2_Consortium-at-MDH.jpg

Texte

MegaM@Rt2 vise à améliorer la productivité, la qualité et la prévisibilité des systèmes industriels complexes et à réduire leurs coûts de développement et de maintenance. L’équipe AtlanModels du département automatique, productique et informatique (DAPI) d’IMT Atlantique et du Laboratoire des Sciences du Numérique de Nantes (LS2N), UMR CNRS 6004, apportera son expertise via ARMINES sur la gestion homogène des nombreux modèles impliqués dans de tels systèmes complexes. Ces modèles, souvent hétérogènes, représentent des aspects complémentaires de ces systèmes (leurs domaines métier, architectures logiciel et physique, données, etc.) en utilisant différents concepts et notations/langages.  L’équipe travaillera notamment sur la résolution à grande échelle des problèmes de traçabilité et d'interopérabilité correspondants.

La productivité et la qualité sont deux des principaux challenges à relever par les systèmes logiciels grands et complexes si l’on se réfère à des études qui montrent que seulement 10% des gros projets IT sont livrés dans le respect des coûts et des délais et avec les fonctionnalités requises. Dans un contexte européen qui promeut l’industrie du futur et la digitalisation de l’entreprise, la gestion efficace de tels systèmes mêlant étroitement les aspects logiciels et matériels devient prépondérante. On parle alors de Cyber-Physical Systems (CPSs) à grande échelle.

Un consortium de 27 partenaires

« Le projet MegaM@Rt2 traite des CPSs avec la volonté de (re)mettre le logiciel et son ingénierie, i.e., le côté « Cyber », au cœur de ces systèmes en les considérant comme un élément central. Dans ce but, nous allons concevoir et proposer une méthodologie et un framework technique correspondant, basé sur l'Ingénierie des Modèles (ou Model Driven Engineering en anglais), pour faciliter le développement et la validation continue de la partie logiciel des CPSs industriels grands et complexes, » explique Hugo Bruneliere, ingénieur-chercheur responsable scientifique pour l’équipe AtlanModels et membre de l’équipe de coordination du projet. « Dans ce contexte, il s’agit tout d’abord de supporter de manière appropriée la récupération et modélisation d'information d’exécution provenant de la partie « Physical » - Matériel et dans un second temps d'être en mesure de (ré)utiliser cette information de manière efficace et pertinente pour le développement et l’amélioration de la partie « Cyber » – Logiciel. »Hugo2.jpg

MegaM@Rt2 est assorti d’un ensemble de cas d’expérimentation mettant en œuvre des CPSs de différentes natures et domaines:

  • Flight Management System – Thalès France
  • Railway Systems – ClearSy
  • Smart Warehouse – Ikerlan
  • Short Range Communications (mobile networks/IoT) – TEKNE
  • Wireless Telecom Platform – Nokia
  • Train Control and Management System – Bombardier Transportation
  • Automobile Construction Equipment – Volvo
  • Vision-based Intelligence (quality control & traffic monitoring) – Camea
  • Telecom Services Management – AINA

D'une durée de 3 ans, le projet MegaM@Rt2 repose sur un consortium de 27 partenaires issus de 6 pays/clusters différents (France, Espagne, Italie, Suède, Finlande et République Tchèque), avec à la fois des partenaires industriels (Thalès, ClearSy, Ikerlan, TEKNE, Nokia, Bombardier Transportation, Volvo, Camea, AINA, etc.) et des académiques (L'Aquila University, Open University of Catalunya, Mälardalen University, etc.). Le projet représente une enveloppe globale de plus de 15 millions d’euros. A l’issue de celui-ci, il est attendu que la plateforme novatrice développée soit déployée de manière concrète sur différents sites des partenaires industriels (cf. les cas d’expérimentation cités précédemment).  

Publié le 28.04.2017

par Fabienne Millet-Dehillerin