Observatoire astronomique - campus de Brest

« Il aura fallu plus de 1 000 heures de travail volontaire, assuré pour l’essentiel par quatre bénévoles, depuis la pose de la coupole en avril dernier, pour installer le matériel et être prêt pour l’inauguration »  précise Jean Le Hir, président de l’association Gens de la Lune le 14 janvier 2015 lors de l’inauguration de l’Observatoire astronomique de la Pointe du Diable. En présence des deux parrains Pierre Léna, astrophysicien et du spationaute Jean-Loup Chrétien,  Paul Friedel a salué l’ouverture d’un « formidable outil de promotion de la culture scientifique et technique ».

Texte

Observatoire astronomique de la pointe du diable

SITE WEB : www.astronomie-pointedudiable.fr/

 

Mise en service : février 2015

Le projet

L’observation des astres et son interprétation est un point de rencontre entre les sciences physiques, les mathématiques, la géographie, l’histoire, les sciences humaines et la religion. Cette activité pluridisciplinaire permet d’aborder les interrogations fondamentales de l’homme sur sa place dans l’Univers et favorise le développement de la pensée critique et de la démarche scientifique. A ce titre, l’Association Française d’Astronomie (AFA) et le ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative ont signé en octobre 2011 une convention cadre visant à « favoriser le développement de la pratique de l’astronomie dans les collèges et les lycées, l’accompagnement de l’enseignement des sciences, le développement de la culture scientifique et la sensibilisation aux carrières scientifiques par l’astronomie à tous les cycles ».

Dans ce contexte, le présent projet vise à établir puis exploiter un pôle d’observation astronomique « multi-public » à Télécom Bretagne, sur la base du transfert des moyens et compétences de l’observatoire de l’association « Gens de la Lune » (GDL) de Plougastel-Daoulas. L’opération est placée sous le parrainage de Jean-Loup Chrétien, spationaute Français, membre de l’académie de l’air et de l’espace, chercheur associé à Télécom Bretagne et parrain de la promotion 2012, qui a conservé une activité dans le milieu spatial par le biais de son entreprise Tietronix.

Matériel

Le cœur du dispositif est un télescope Schmidt-Cassegrain de 400 mm ouvert à f/10 à monture équatoriale à « l’allemande » motorisée. Le tout est protégé par une coupole asservie de 3,6 m de diamètre en fibre de verre et polyester. Un logiciel permet de gérer automatiquement l’ensemble des périphériques associés au télescope et assure le pointage, la mise au point électronique, la rotation de la coupole ainsi que la gestion des capteurs numériques (webcam, CCD, APN) et le traitement d’image.
L'observatoire comprend également un coronographe de Lyot de 100 mm d'ouverture. Il s'agit d'un instrument optique permettant l'observation des protubérances solaires en réalisant en quelque sorte une éclipse artificielle du Soleil. Le coronographe est monté sur une lunette de 1,40 m de focale fixée au tube du télescope. Enfin, une station météorologique associée à des détecteurs de pluie et de nuages permet de prévoir et réaliser des observations à distance via Internet, rendant de fait l’automatisation complète de l’observatoire.

Actualité

 

  • voir le blog de l'observatoire
  • 18 Avril 2014 : L'observatoire astronomique de la Pointe du Diable se pare de sa coupole