Vous êtes ici : AccueilArticlesFormations › Les transitions…
Imprimer
Formations

Les transitions énergétiques : nouvelle frontière de l’ingénieur

En France, comme dans d’autres pays, les débats de la transition énergétique, polarisés sur le nucléaire et les renouvelables, tendent à réduire l’énergie à sa seule composante électrique. Certains enjeux majeurs sont ainsi masqués. Les entreprises ont à prendre des décisions vitales ; les jeunes ingénieurs sont confrontés à des choix d’orientation. Tous ont besoin d’une vision précise des mutations en cours, des opportunités ou des risques potentiels. Par Bernard Bourges, professeur à IMT Atlantique
Bernard Bourges, professeur à IMT Atlantique, campus de Nantes

Bernard Bourges, professeur à IMT Atlantique, campus de Nantes

Les défis de la transition énergétique

Transformer à moyen terme nos sources d’énergie en abandonnant les énergies fossiles carbonées ! C’est le grand défi de l’effet de serre anthropique. Mais les énergies fossiles sont loin d’être épuisées : nous devons traiter l’urgence climatique malgré des ressources carbonées encore abondantes.

 

Les limites des solutions focalisées uniquement sur les sources d’énergie

Les énergies renouvelables vues comme solution unique ont cependant des limites

  • Face à la croissance des pays émergents, il faudrait multiplier par 25 ou 30 la production des énergies renouvelables.
  • Les renouvelables ne sont pas infinies ; faible densité et intermittence restent des contraintes fortes.
  • Outre l’électricité, les transports et les usages thermiques affrontent des défis de décarbonisation d’ampleur analogue.

 

Des transitions énergétiques multiformes

Le déploiement massif des énergies renouvelables ne suffira pas pour diviser par 4 les émissions de CO2 des pays industrialisés (le « facteur 4 »). Une combinaison d’actions menées tout au long des chaines énergétiques, depuis les besoins jusqu’aux sources, à toutes les étapes de transformation, peut seule apporter des solutions pérennes.

Les besoins constituent un puissant levier d’action à travers l’efficacité énergétique, la sobriété, la mutualisation et d’autres transformations des usages. Les pratiques collaboratives impulsées par la révolution numérique en donnent une idée.

Les technologies jouent un rôle clé mais ne peuvent pas tout. L’accent sur les usages met en exergue l’importance des comportements et le rôle central des consommateurs-citoyens.

 

Une forte dimension territoriale

Valorisation des ressources locales et actions sur les usages font ressurgir la dimension territoriale. Des solutions spécifiques sont à construire en fonction du contexte et de l’ensemble des enjeux ‑énergétiques ou non‑ d’un territoire.

Mais l’existence de réseaux et de marchés intégrés à grande échelle et la dimension mondiale des technologies demeurent prégnantes ; de nouveaux mécanismes de subsidiarité sont à imaginer.

 

Le rôle de l’ingénieur dans la transition énergétique

Ce défi majeur des 40 prochaines années, ouvre des opportunités nombreuses aux jeunes ingénieur‑e‑s. Toutes les disciplines sont mobilisées, pour concevoir ou piloter les solutions technologiques.

La transition énergétique s’inscrit dans une transition écologique plus vaste. Elle entre en résonance avec d’autres mutations en cours, comme le numérique ou la mondialisation.

La capacité des jeunes ingénieurs à établir des ponts entre disciplines techniques parfois éloignées et à maîtriser les dimensions humaines et sociales des technologies seront des atouts essentiels

 

Bernard Bourges coordonne actuellement la réalisation du MOOC Transitions énergétiques de l’IMT, dont la première session est prévue début 2017.

 Laisser un commentaire

Nom*

Courriel*   Créer une icône

Site web

Anti-spam :* somme de 5 + 6 ?

(Comment créer une icône / un avatar ?)