IMT Atlantique en pointe sur le nucléaire

Energie, mais aussi santé : traditionnellement très présente sur la formation et la recherche dans le nucléaire avec l'unité mixte de recherche Subatech, IMT Atlantique profite du regain d’intérêt pour le secteur.

Avec la crise énergétique et la guerre en Ukraine, le nucléaire effectue un retour en force, en France et dans le monde. Un peu partout, les projets de construction de centrales se multiplient. De quoi générer un besoin accru de compétences.
IMT Atlantique est l’une des (rares) écoles à former des ingénieurs et des chercheurs pour le nucléaire. Elle a ainsi participé, avec le CNRS et Nantes Université, à la création, en 1994, du laboratoire Subatech (physique subatomique et technologies associées, UMR6457). Hébergé sur le campus nantais d’IMT Atlantique, Subatech compte plus de 200 personnes : 60 chercheurs et enseignants-chercheurs, près de 80 ingénieurs, techniciens et administratifs, une vingtaine de post-doc (chercheurs CDD) et une cinquantaine de doctorant.e.s.

Ses travaux portent aussi bien sur la physique fondamentale (physique nucléaire et physique des particules) et les applications. Ces dernières concernent la physique des réacteurs, via l’étude des concepts actuels (réacteurs à eau) et innovants (réacteurs à sels fondus), mais également la physique du cycle (scénarios énergétiques). Les applications concernent aussi le nucléaire pour la santé mais également la radiochimie.

Très active dans la recherche, l’école offre aussi un large éventail de formations en lien avec le nucléaire. Dès la première année, les élèves sont ainsi sensibilisés au sujet, au travers d’enseignements d’ouverture sur la transition énergétique, le fonctionnement des réacteurs ou les échanges thermiques, à côté de cours plus fondamentaux de physique ou maths appliquées, d'économie, sociologie et management.

Une formation à l’ensemble des aspects du nucléaire

Surtout, en 2e et 3e années, les élèves choisissent une « thématique d’approfondissement », parmi lesquelles figure le parcours DEMIN,  pour Développement et Management des Installations Nucléaires. Porté par Subatech, cet enseignement (près de 300 heures/an) aborde soit le médical, soit l’énergie - avec, dans ce dernier cas, des enseignements en lien avec la radiochimie et la physique des réacteurs et du cycle du combustible. De quoi passer en revue, sur deux années, l’ensemble des aspects du nucléaire : exploitation, thermo-hydraulique, sûreté, gestion des déchets…
De nombreux intervenants professionnels apportent en outre un éclairage issu de la pratique, enrichi par des visites de centrales ou des échanges avec des diplômés. En complément, des cours concernant la gestion de projets ou encore les problématiques de sureté et de FOH (Facteurs Organisationnels et Humains) sont proposés par le département de Sciences Sociales et de Gestion. « L’objectif est de doter nos élèves d’un solide bagage technique, mais aussi d’une vision large du domaine, incluant la dimension socio-économique, explique Nicolas Thiollière, enseignant-chercheur à Subatech. Ils acquièrent ainsi une vraie maturité, et sont opérationnels très vite. »

Nicolas Thiollière

Un intérêt accru chez les étudiants

Le regain d’intérêt pour le nucléaire en France se traduit aussi dans les choix d’orientation des élèves : alors que le nombre d’inscrits pour DEMIN avoisinait une vingtaine par an après 2010 et Fukushima, il s’élève à 45 cette année. Au point que le laboratoire va devoir s’organiser pour faire face à cet afflux d’étudiants… « Nous recrutons des élèves attirés par les maths et les sciences fondamentales, mais aussi par l’image d’innovation dont bénéficie le secteur, observe Nicolas Thiollière. De plus, ils sont très concernés par la transition énergétique, et ont envie d’en être acteurs. Cela donne un sens à leur cursus. » Nombre des diplômés de la filière sont d’ailleurs recrutés avant même d’avoir obtenu leur diplôme…
IMT Atlantique propose en outre un autre cursus dédié au nucléaire : le master international « Nuclear Energy », en 2 ans, qui attire des étudiants venus du monde entier.

A noter que l’école dispense aux étudiants du parcours énergétique un cours d’économie de l’environnement tandis qu’un cours d’économie de l’énergie optionnel est proposé aux 2ème et 3ème années. Gros succès : le cours doit refuser des candidats…
L’école forme ainsi des profils à double compétence, à la fois technique et ouverts aux Sciences Humaines et Sociales.

Un livre de référence sur le nucléaire

Parallèlement, Nicolas Thiollière vient de diriger, avec Jacques Percebois, professeur à l’université de Montpellier, la rédaction d’un ouvrage de référence, « Economie de l’énergie nucléaire »

  • tome 1-Analyse économique du cycle électronucléaire
  • tome 2 -Enjeux dans la transition énergétique*

Écrit par une vingtaine d’experts issus de l’industrie ou du monde académique (universités de Saclay et Paris-Dauphine, IMT Atlantique, CEA…), il offre un tour d’horizon complet, en deux tomes, des questions techniques, environnementales, économiques et sociétales que pose la filière - sans négliger les aspects géopolitiques et la sécurité. « Ce n’est ni un livre de vulgarisation, ni un plaidoyer pour le nucléaire, précise Nicolas Thiollière. Son ambition est d’offrir une vision équilibrée, avec un cadre de réflexion nuancé, sur l’énergie nucléaire et ses enjeux. » Une façon de contribuer à un débat « éclairé et dépassionné ». De quoi, aussi, conforter encore la légitimité de l’école sur le nucléaire.

Economie energie nucléaire Tome 1    Economie energie nuclaire Tome 2


* ISTE Editions. Disponible en version papier et sous format numérique. Une traduction anglaise est en préparation.

Publié le 13.12.2022

par Fabienne MILLET-DEHILLERIN

Témoignages associés
En apprentissage chez Orange
En apprentissage chez APIXIT
En apprentissage chez Naval Group
En apprentissage à Rennes Métropole
Officier spécialisé
Officier de marine
Ingénieure
[Semestre académique] University of Tokyo - Japon
[Semestre académique] Institut Teknologi Bandung -…
[Semestre académique] Reykjavik University - Islan…
Analyste au sein du Pôle Data/Décisionnel at CIMUT…
Consultante fonctionnelle chez Capgemini
Consultant fonctionnel chez Ai3
Energy Efficiency Manager chez STX France