Quand les professionnels de santé font communauté par le numérique

Le numérique redistribue les cartes. Il permet, entre autres, de rompre l’isolement et facilite les interactions en ligne dans la sphère privée comme professionnelle. Ces échanges virtuels peuvent-ils conduire des individus exerçant des métiers dans lesquels ils sont isolés ou éloignés de leurs pairs à se structurer collectivement et à faire communauté ? À travers deux groupes professionnels, les médecins de ville et les aides à domicile, Nicolas Jullien, chercheur en économie à IMT Atlantique, esquisse les contours de ces nouvelles liaisons numériques de pratique.

Texte

Nicolas Jullien, chercheur en économie à IMT AtlantiqueSur le réseau social Twitter, les médecins s’interpellent grâce à un bot via le hashtag #DocTocToc. Questions professionnelles de tout ordre, demandes de précision pour un diagnostic, conseils ou anecdotes médicales : en cours depuis 2012, ce canal d’entraide semble efficace. Rapidités des échanges, réactivités des réponses, à chaque interpellation, les messages fusent dans les minutes qui suivent. Rien de surprenant pour le chercheur Nicolas Jullien : « À l’heure où l’on dit que le numérique déstructure, dans quelle mesure ne permet-il pas, au contraire, l’émergence et l’organisation de nouvelles communautés ? ».

Et de fait, les médecins – et plus largement les professionnels de santé – sont de plus en plus connectés et ont leur mot à dire. Sur Twitter, certains médecins « stars » rassemblent des milliers d’abonnés : 28 900 pour Baptiste Beaulieu, généraliste, romancier et un temps chroniqueur sur France Inter ; 25 200 pour l’interne en médecine et dessinateur @ViedeCarabin ; près de 9 900 pour Jean-Jacques Fraslin, médecin généraliste et signataire d’une tribune contre les médecines alternatives. Jusqu’ici, ces nouvelles communautés de pratique en ligne ont été peu étudiées. À quelles conditions émergent-elles ? Sous quelles contraintes se développent-elles ? À quels défis font-elles face ?

En savoir plus

Publié le 10.10.2019

par Pierre-Hervé VAILLANT