Transition énergétique : la piste du stockage d’énergie en mer par compression d’air

Dans le cadre de l’exposition La Mer XXL qui s’est tenue à Nantes du 29 juin au 10 juillet, le département systèmes énergétiques et environnement (DSEE) d’IMT Atlantique a présenté une maquette d’un concept de stockage d’énergie en mer innovant. Un démonstrateur de cette technologie REMORA est en cours de fabrication à Nantes dans le cadre du  projet collaboratif ODySEA regroupant SEGULA Technologies, IREENA, Cetim et IMT Atlantique. Le projet est labellisé par le pôle de compétitivité S2E2 et soutenu par l'ADEME.

Présentation du concept par Thibault Neu à Anne Beauval, directrice déléguée d'IMT Atlantique
Présentation du concept par Thibault Neu à Anne Beauval, directrice déléguée d'IMT Atlantique

Texte

La production d’énergie renouvelable est par nature intermittente car liée aux conditions météorologiques locales, comme par exemple la production éolienne. Il est donc indispensable de pouvoir stocker l’énergie produite pour la restituer à la demande.  Le système présenté par Albert Subrenat, enseignant-chercheur au DSEE (voir la vidéo) consiste à comprimer de l’air au moyen d’une pompe poussant une colonne d’eau. La pompe est alimentée pendant les phases de fonctionnement de l’éolienne. Lorsque cela est nécessaire (augmentation de la demande énergétique ou baisse de la production), l’air comprimé est détendu dans un générateur de courant alimentant le réseau. Dans la technologie industrielle en cours de développement, ce principe est utilisé sur des plateformes offshores. L’air comprimé ainsi produit est alors stocké dans des réservoirs sous-marins de grandes tailles. A la différence de la maquette, la pompe servant à la compression initiale de l’air est aussi utilisée comme turbine et générateur de courant.

Le système présente l’intérêt d’obtenir un stockage électrique à très haut rendement (70 %) et d’un coût réduit ; de compléter les parcs offshores de production d’énergie en soutenant leur production et en optimisant leurs capacités de raccordements et de développer un procédé à forte acceptabilité environnementale. « Les recherches actuelles visent à augmenter le rendement énergétique du système, et à optimiser les conditions opératoires de fonctionnement», souligne Thibault Neu, docteur en énergétique, thermique et combustion à IMT Atlantique et chef de projet R&D Energies Marines chez SEGULA Technologies.

Le système a mobilisé les compétences du DSEE et son savoir-faire en génie des Procédés, en mécaniques des fluides, tant par une approche expérimentale que de modélisation. Le laboratoire a aussi apporté son expertise dans l'optimisation des échanges thermiques et des performances énergétiques liées aux compressions et détentes de l’air.

En savoir plus

Publié le 16.07.2019

par Fabienne MILLET-DEHILLERIN

Portraits associés
Energy Efficiency Manager chez STX France
Directeur Recherche et Innovation d'IMT Atlan…
Responsable R&D et innovation HENGEL Industrie
Responsable du département systèmes énergétiques e…
Tous les portraits