Département interdisciplinaire de Sciences Sociales - Recherche

Shéma-ssg_recherche

Travail et activité

Au croisement de la sociologie du travail et de l’activité et des process studies, nos enquêtes nous amènent à interroger le travail, dans ses dimensions à la fois matérielle, symbolique et temporelle. Nous nous intéressons particulièrement à la codétermination du travail et des organisations. Comment, par exemple, l’évolution des connaissances, des savoir-faire, des outils et dispositifs de gestion affectent les identités professionnelles et les environnements de travail ? Comment, en retour, les transformations organisationnelles influent sur l’activité de travail en situation et sur le temps long ?

Numérique et technologies

Nos  recherches traitent de la transformation numérique des organisations. Plus particulièrement nous analysons l'adoption, l'implémentation et les effets des outils numériques par et sur les organisations. Nos recherches portent également sur les usages associés aux technologies, émergentes ou non, et aux formes de régulations socio-économiques qu'elles génèrent. Dans la lignée des Sciences and Technologies Studies, nos recherches regardent aussi comment des professionnels (ingénieurs, informaticiens, développeurs, médecins, etc.) sont amenés à intégrer, de manière consciente ou non, des enjeux sociaux et politiques dans leur production scientifique et technique.

Risques et résilience

Forts des avancées de la sociologie du risque, nous abordons les risques comme endogènes aux fonctionnements des organisations et à l’activité humaine. Nos enquêtes visent d’abord à comprendre comment les transformations des organisations et des métiers peuvent être source de risques nouveaux, et comment les modalités de gestion et de gouvernance des risques doivent elles-mêmes être repensées. Nous investiguons également les ressources dont disposent les organisations et les professionnels pour faire face aux situations incertaines et aux risques émergents, au prisme du concept de résilience organisationnelle. Dans la lignée du courant HRO (High Reliability Organizing), il s’agit alors de questionner les ressorts professionnels, organisationnels, matériels ou symboliques de la résilience et plus largement de la fiabilité organisationnelle.