Chaire Génie logiciel et systèmes distribués

La chaire « Génie logiciel et systèmes distribués » dont la titulaire est Hélène Coullon, maître-assistante à IMT Atlantique et membre du Laboratoire des Sciences du Numérique de Nantes (LS2N – UMR 6004), a pour objectif de renforcer la convergence entre les thèmes du génie logiciel, des systèmes distribués, et du génie industriel, notamment dans les nouveaux domaines que l’on appelle le Cloud Manufacturing et l’usine ou l’entreprise du futur.

              

Cette chaire est un partenariat entre l’IMT Atlantique et l’Institut de recherche Inria. Elle a pris effet le 01/10/2016 et se terminera le 30/09/2019.

                                 

                                                    

Texte

Hélène Coullon fait partie de l’équipe de recherche Inria STACK qui porte ses recherches sur l’informatique utilitaire (Cloud Computing) de demain, notamment sur les paradigmes massivement distribués tels que le Fog et le Edge Computing. L’équipe s’intéresse à adresser la pile logicielle complète permettant la mise en place et l’utilisation de telles infrastructures.

 

Ces recherches font écho au domaine de l’Industrie du futur, où ce type d’infrastructures fait sens. On peut notamment noter deux axes principaux :

  • Usines intelligentes : les très nombreuses données issues des capteurs de l’usine, voir des usines, ainsi que des opérateurs, peuvent être agrégées et analysées pour permettre des décisions plus optimisées en terme de coût, de consommation énergétique, de production de déchets ou de charge de travail. Il est alors nécessaire d’effectuer ces calculs sur des infrastructures adaptées. Si des ressources informatiques locales peuvent être utilisées pour les données les plus sensibles, des calculs plus volumineux et ayant besoin d’informations extérieures seront déportées vers des Cloud privés ou publics.
  • Cloud manufacturing : la production n’est alors plus réservée à des besoins internes mais ouverte sous la forme d’un service au monde extérieur en passant par une plateforme de type cloud. Cela permet d’optimiser l’utilisation des machines pour les plus grosses sociétés, et de ne dépenser que le nécessaire pour les plus petites structures. Le facteur d’échelle en Cloud Manufacturing est important et des mécanismes automatiques de gestion des ressources de production et leur reconfiguration sont alors nécessaires comme cela se fait en Cloud Computing.

 

Plus spécifiquement, Hélène Coullon s’intéresse au déploiement automatisé de logiciels complexes sur des infrastructures distribuées hétérogènes de type Cloud, Fog et Edge computing, et à leur reconfiguration au cours du temps.