SOPHIE Photonique - RESTO

Le projet SOPHIE Photonique permet d'assoir la photonique comme technologie clef générique pour la Bretagne. Au sein de ce projet IMT Atlantique l’opération RESTO s’inscrit dans le développement de réseaux fixes et sans fils énergétiquement sobre exploitant la transparence optique.

Texte

Présentation

Les acteurs régionaux impliqués dans le projet SOPHIE Photonique sont les laboratoires de recherche publics, ainsi que l’association Photonics Bretagne qui a vocation à favoriser les actions de valorisation et de transfert aux entreprises bretonnes.

Le volet recherche comprend deux axes structurés selon deux grands domaines d’application :

  • Axe Télécommunications et réseaux optiques
  • Axe Laser, Métrologie et Capteurs optiques

Le projet RESTO est positionné pour l’essentiel sur l’axe Télécommunications et Réseaux optiques, en particulier : les réseaux optiques cohérents à très haut débit et l’optique hyperfréquence. Elle inclut cependant une activité de nature plus technologique portant sur la production et la caractérisation d’optiques diffractives, qui présente des débouchés potentiels dans chacun des axes de Sophie Photonique. Les activités portent sur :

  • L’étude de l’impact de la montée en débit sur les architectures de réseaux métropolitains et d’accès (y compris les réseaux inter- et intra data centers), à la fois sous l’angle des techniques de transmission avancées et celui de la flexibilité des réseaux (paquets optiques, WDM avec grille de fréquences flexible)
  • Les techniques de transmission radio-sur-fibre (RoF) et optique sans fil pour de futurs réseaux d’accès à très haut débit et à consommation énergétique réduite grâce notamment à la mise en œuvre de systèmes d’antennes distribués par fibre optique
  • La contribution d’IMT Atlantique à la réalisation d’une plateforme de prototypage FPGA pour les émetteurs/récepteurs des nouvelles générations de systèmes de transmission optique
  • L’amélioration de la résolution d’un photo-traceur pour la fabrication rapide de structures nanométriques photoniques, grâce à la mise en œuvre d’une technique de polymérisation à deux photons (2PP)

 

Principaux résultats obtenus 

En contribuant de manière déterminante à l’acquisition d’instruments modernes de génération, de modulation et de réception de signaux très large bande, le projet SOPHIE Photonique a permis la transformation vers les transmission optiques cohérentes du banc de mesure de télécom optique sur fibre du département optique de l’IMT Atlantique. Ce banc est désormais utilisé dans le cadre de différentes collaborations avec l’ENIB ainsi qu’avec les laboratoires d’Orange Labs à Lannion. Par ailleurs, l’équipe a participé aux projets EPOC sur les architectures de réseaux intra data centers et au projet FUI EFFLAM sur l’amplification à fibre dopée multicoeur.

Dans le domaine des communications sans fil, le projet SOPHIE Photonique a notamment permis l’acquisition de modulateurs spatiaux de lumière en technologie LCoS (Cristal liquide sur Silicium) mis en œuvre dans deux projets collaboratifs.

Dans le cadre du projet SOPHIE Photonique, le département optique a fait l'acquisition du microscope électronique à balayage (MEB) "Table top" utile pour le département et ses partenaires académiques et industriel. Une part des activités a consisté à optimiser la résolution spatiale de mesure des structures submicroniques.

Image MEB
Image au microscope MEB d’une structure diffractive de résolution submicronique

 

Le CPER SOPHIE Photonique a également partiellement financée la plateforme FPGA haut-débit, qui avec un contrat avec Hauwei PRC (1 an de travail avec 3 enseignants, 1 post-doc et 2 ingénieurs) à permis de prototyper des preuves de concepts fonctionnant à plusieurs Gbits par seconde. Inaccessibles sans cette plateforme, les résultats acquis feront l'objet de publications et ont ouvert de nouveaux axes de recherche qui seront valorisés grâce aux résultats expérimentaux sur la plateforme FPGA.